30
oct
2010
2

Très riche journée du patrimoine 2011 : mise en ligne des archives de l’Isère

Depuis septembre 2011, les archives départementales de l’Isère ont mis en ligne les registres paroissiaux et ceux de l’état civil.  C’est une source inépuisable rendue accessible à tous. Depuis, je mets à jour ma collection de photos numériques des actes des ancêtres… De Savel à Grenoble en passant par Saint Marcellin, Voreppe, Nantes en Ratier… Encore de nombreuses heures en perspectives pour dépouiller tout celà.

Ecrit par frederic dans : Généalogie |
29
juin
2010
2

Les 150 ans des gants Perrin


1860 – 2010 : les gants Perrin viennent de fêter à Grenoble leur cent cinquantième anniversaire. A l’occasion, de nombreux descendants d’Elisa, Férréol, Paul et Valérien Perrin se sont retrouvés vendredi 25 juin dans le cadre superbe du musée dauphinois : photos, exposition de quleques modèles historiques et surtout, présentation d’un livre très bien illustré retraçant l’histoire des Gants Perrin. Le sous titre : histoire d’élégance et d’industrie. L’auteur Eric Robert ; l’éditeur : « dire l’entreprise ».

Ecrit par frederic dans : Famille, Généalogie |
29
mai
2010
2

De Guiramand en Guirimand, en passant le col Bayard…

Au XIXème, il y eut dans la région de Quet en Beaumont près de La Mûre (isère), un grand nombre de Guirimand. François Guirimand avait épouse Marie Rose Long, originaire de Quet. François venait de La Batie Neuve (Hautes Alpes), près de Gap : dans  les registres des Hautes Alpes, on retrouve surtout l’écriture Guiramand mais parfois Guirimand. Certains « cousins » signent Guirimand ou Guiremand à La Batie Neuve. Le nom de Guiramand est celui qui a perduré en hautes Alpes.

Il y a-t-il des origines communes ? Seuls les registres notariés pourront le dire : Guiramand est un nom très ancien sur Barcelonnette, et en Provence. On le retrouve à Avignon, Istres, Aix dès le XVème., avec parfois une particule.

Aujourd’hui, il reste à ma connaissance plusieurs descendants de ces « Guirimand » de Quet en Beaumont : ‘on les retrouve parfois via internet. J’ai mis à jour mon site sur Généanet qui indique les origines des Guiramand. Comme toujours, le nom des personnes vivantes n’apparait pas en clair mais uniquement en consultation « ami » en utilisant un code que je donne après demande par mail.

Ecrit par frederic dans : Généalogie |
14
mar
2010
2

Les orgines picardes de Pierre François Joseph Gense

Pierre François Joseph Gense (1754-1821) était le beau-père de Charles Coran (1781 – 1870) bien connu de son fan-club sur facebook. Il est né à Hangard, dans la Somme, petit village au sud-est d’Amiens, en direction de Roye. C’est un village qui fut totalement détruit en avril 1918; par quel miracle les registres ont-ils survécu à ce désastre ? J’ai pu accéder aux registres paroissiaux d’Hangard, en ligne sur internet et retrouver ainsi 4 à 5 générations d’ascendants « picards » : les familles Gens, Pinte (et oui!), de Villers, Dottin, Cliquette, Quillet… Certains actes ont plus de 300 ans : le mariage de Pierre Pinte en 1689… le dit-mariage permettant d’ailleurs de légitimer une fille naturelle, née quelques temps auparavant.


Ecrit par frederic dans : Généalogie |
14
mar
2010
2

Les invasions normandes… coté Jandelle

Mars 2010 : les normands envahissent notre généalogie.

D’abord, les Juquin : on les faisait descendre de je ne sais quel pays d’extrême orient, à l’origine des yeux discrètement bridés de quelques descendants. Et bien, c’était encore un mythe familial car la mise en ligne des archives du calvados a mis fin à cette énigme. Né probablement à Rouen vers 1813, Frédéric Juquin n’a jamais navigué sur une jonque, mais plutôt sur un drakkar : son grand-père Jacques Juquin était du pays d’Auge, et habitait Ouville la bien tournée, Ouezy, Cesny aux Vignes; pas beaucoup plus de 200 à 400 habitants actuellement. les autre grands parents (famille Le Petit, Lesueur, Blascher, Le Mort) habitaient aussi la normandie, principalement sur la paroisse de Ouezy, entre Saint Pierre sur Dives et Caen. Rares sont ceux qui signent les registres; la plupart dépose une simple croix.

Les autres Normands sont les Goulay : Marie Hortense Goulay (1818 – 1884) était l’épouse de Pierre Antoine Marchetti (arrivé d’Italie). son père Pierre Emmanuel Goulay, époux de Marie Anne l’Espinasse, était originaire de Bourguebus, dans la banlieue de Caen. J’ai pu retrouver leurs traces jusque vers 1730 à Bretteville sur Laize, Secqueville et Bourguebus : familles Goulay ou Goullet, Allan, Le Normand, Planquette… Ils ne savent pas encore signer au XVIII et sont généralement journalier ou jardinier.

Et comme toujours, j’ai fait connaissances avec des généalogistes-internautes avec qui nous partageons ces ascendants et bien sur échangeons nos données. Les « cousins » ne se comptent plus.

Tout cela est consultable sur le site de geneanet.

Ecrit par frederic dans : Généalogie |
20
fév
2010
3

Charles Coran investit le web….

Et oui, initié par le petit fils de la petite fille de sa petite fille (vous me suivez encore ?), Charles Coran s’est inscrit sur Facebook et y sème de temps à autre quelques uns de ses vers. Rejoignez le dans le groupe de ses descendants qu’il ouvre ce jour… Contre toute attente, ses oeuvres étaient déjà en ligne sur googlebook :ses « rimes galantes » sont enfin à la portée de tous !

Ecrit par frederic dans : Famille |
16
jan
2010
2

2010

Lérins

Ecrit par frederic dans : photos |
01
déc
2009
2

Les archives de l’Essonne et de Paris sont en ligne…

Et c’est une très bonne nouvelle pour notre généalogie.
D’abord Paris :
J’ai pu faire des photos numériques en quantités sur des actes
postérieures à 1860. Sur le XVIème arrondissement : Naissance, mariage
et décès dans les familles  Rey, Kroell, Coran, Guillard Roques de Montgaillard, Gense.
Tout ce beau monde habite dans un petit carré, entre passy et l’avenue
Mozart, la rue Poussin et même la très huppée « villa Montmorency »,
probablement déjà fin XIXème l’endroit le plus recherché de Paris.
C’est là qu’est décédée en son domicile Adèle Guillard Rocques de
Montgaillard au 10 avenue des peupliers.

Et puis j’ai aussi numérisé les actes Jandelle, Marchetti, Mayeux sur le XIXème. Tout se passe dans la cité Jandelle ou à proximité immédiate. J’ai redécouvert quelques cousins oubliés.

Les archives de l’Essonne sont aussi une mine d’or : on y trouve au XIX et XVIII des Juquin, Filloux, et surtout toute l’ascendance Mayeux, sur la Ferté Alais, Saint Vrain, Bouray sur Juine…

Ecrit par frederic dans : Généalogie |
01
sept
2009
2

Les archives d’Indre et Loire et de l’Yonne sont en ligne

la
journée du patrimoine correspond à l’inauguration des ces 2 mises en
lignes. J’ai ainsi pu retrouver la naissance Marie Annes Lespinase à
Tours en 1792 (mais toujours aucune trace d’un lien avec le général du
même nom !)

Sur l’yonne, j’ai commencé l’ascendance
d’Angélique Leclerc à Ligny le chatel (89), retrouver sa naissance mais
très vite arrêté … A suivre

Ecrit par frederic dans : Généalogie |
01
sept
2009
2

Les archives du Puy de dôme sont à la disposition des internautes…

tout au moins pour les premières communes. Et la commune d’Ambert est
celle qui nous intéresse le plus. C’est la patrie des QUIQUANDON. C’est
un des plus beaux noms de notre généalogie… Pas très éloigné :
Joséphine Quiquandon est la grand-mère de ma grand-mère. Son père né en
1803 portait le prénom d’époque : Napoléon Quiquandon. Les Quiquandon
étaient des négociants d’Ambert. Jacques quiquandon y était maitre
boucher au début XVIIIème. Ils sont alliés aux Vimal, très longue
lignée de papetier à Ambert. Toutes ces familles savent signer et j’ai
numérisé les actes dfe tous ces ascendants avec quelques trous (1713 -
1737) car les registres numérisés (venant du greffe et non de la
commune) sont manquants.

Ecrit par frederic dans : Généalogie |

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Adapté par Avit | Administration